Un peu d'histoire: série photos inédite de la rénovation du Buck

À quelques jours de notre soirée 2e Anniversaire, on dévoile une magnifique série photo prise par le photographe Martin Côté lors des travaux de rénovation du restaurant en 2016.

La bâtisse, une superbe maison historique du centre-ville datant de 1757, a été entièrement rénovée par les associés et une petite équipe d'artisans locaux sous la supervision de Martin Bilodeau.

Régalez vous et prenez le temps de lire les informations à la suite des photos concernant l'histoire de la rue Saint-François Xavier et de la maison Saint-François, la bâtisse où Le Buck s'est installé.

Texte tiré du site Patrimoine culture du Québec

La maison Saint-François est composée de deux anciens bâtiments résidentiels dont l'intérieur a été modifié en perçant une ouverture dans le mur mitoyen de façon à créer un seul espace ouvert au rez-de-chaussée où un restaurant est aménagé. Le plus ancien des deux bâtiments, le 142-144, est construit vers 1757 sous la forme d'une petite maison villageoise d'un étage et demi, au plan rectangulaire implanté parallèlement à la rue.

La maison est coiffée d'un toit à deux versants avec larmier droit, percé de deux lucarnes à pignon et d'une cheminée singulièrement située ni sur un mur pignon ni sur l'arête faîtière. Le toit est revêtu de bardeau de cèdre alors que les murs sont parés de planches de bois verticales. Les ouvertures du rez-de-chaussée sont encadrées de moulures de bois et disposées de manière asymétrique. Quant à l'autre bâtiment, le 126-134, il est vraisemblablement construit dans les années 1880, issu du courant Boomtwon.

Ouverte en 1650, la rue Saint-François-Xavier est une des voies de circulation les plus anciennes de Trois-Rivières. Différents tronçons ont porté divers toponymes jusqu'à ce que le nom de Saint-François-Xavier, l'un des fondateurs des Jésuites, lui soit donné vers 1825. Cette rue se caractérise au milieu du XIXe siècle par la présence de nombreuses propriétés institutionnelles.

Le premier bâtiment, situé au 142-144, rue Saint-François-Xavier, est construit vers 1757, puis, le second bâtiment, situé au 126-134, rue Saint-François-Xavier, est vraisemblablement construit à la fin du XIXe siècle, selon un modèle architectural également d'un étage et demi possiblement semblable au précédent, tel qu'en témoigne toujours le rez-de-chaussée de la façade principale. Vers 1900, ce bâtiment serait surhaussé d'un étage, coiffé d'un toit à un seul versant, puis agrandi vers l'arrière, adoptant dès lors un plan en « U ». Le bâtiment serait alors divisé en son centre pour devenir une maison jumelée, selon le régime d'assurance incendie de 1910. À la même époque, des dépendances attenantes aux deux maisons sont construites. Celle du 126-134, rue Saint-François-Xavier est remplacée entre 1929 et 1955. Le 142-144, rue Saint-François-Xavier est agrandi par l'arrière, puis un autre agrandissement est réalisé derrière les deux bâtiments au cours des années 2000. Tout le rez-de-chaussée de l'ensemble est aujourd'hui occupé par un restaurant.

La valeur patrimoniale de la maison Saint-François repose notamment sur son ancienneté. La section la plus ancienne daterait en effet de plus de 250 ans et la maison voisine, de plus d'un siècle.

La valeur patrimoniale de la maison Saint-François tient également à son intérêt architectural. La partie de gauche possède plusieurs éléments caractéristiques des maisons coloniales d'esprit français, alors que la partie de droite est représentative de l'architecture Boomtown. Le vocabulaire architectural des maisons coloniales françaises est abondamment exprimé dans la maison Saint-François par son plan rectangulaire, son rez-de-chaussée au niveau du sol, son toit à deux versants droits recouvert de bardeaux de cèdre, ses lucarnes à pignon, sa façade asymétrique, son revêtement de planches verticales et ses fenêtres à battants. D'origine américaine, le courant architectural Boomtown s'amorce vers la fin du XIXe siècle grâce au nouveau mode de construction à charpentes à claire-voie.

Ce type de charpentes permet de bâtir des maisons plus rapidement et à moindre coût, répondant ainsi au besoin de loger les familles s'établissant dans les villes connaissant un essor industriel. Les bâtiments résidentiels du courant Boomtown succèdent graduellement à la maison traditionnelle québécoise au tournant du XXe siècle. Très présents à Trois-Rivières, ces bâtiments possèdent le plus souvent une façade symétrique. Or, le 126-134, rue Saint-François-Xavier présente une variante aux ouvertures disposées de façon asymétrique.

Le 142 Saint-Francois Xavier est un lieu mythique, rempli d'histoire. Lors de votre prochaine visite au Buck, remarquez les gravures dans les foyers indiquant la date de construction de la bâtisse et laissez votre imagination aller – à savoir qui sont tous ces gens qui ont vécus ou séjourné dans cette bâtisse.